Histoire d'un paléontologue Ardéchois

Bernard Riou

Né à La Voulte-sur-Rhône, Bernard RIOU est passionné par les fossiles depuis l’âge de 7 ans ; il débute alors en récoltant de petites ammonites dans les vignes de son grand-père.

A partir de 1973, Bernard RIOU rencontre de nombreux passionnés et des scientifiques qui l’encouragent dans ses recherches.

En 1982, il découvre un fossile exceptionnel : le plus ancien octopode (pieuvre) connu. Il choisi de publier cette découverte à l’Académie des Sciences en collaboration avec Jean Claude Fischer, Sous Directeur de l’Institut de Paléontologie au Muséum de Paris.  Puis, ce sont bien d’autres spécimens (calmars, calmars vampires, crustacés, poissons, arthropodes énigmatiques…), qui lui ouvriront les portes vers de nombreux chercheurs au niveau national et international.

En 1983, Jean-claude Fischer écrit dans son rapport d'activité scientifique en date du 5 décembre:

"Bernard Riou, dont les compétences scientifiques s'affirment de plus en plus, a déjà rendu d'éminents services à la science en communiquant largement, étant dans un esprit activement coopératif, les informations et les matériels d'étude dont il dispose et qui sont le fruit de ses recherches personnelles. Il se démarque en cela totalement de l'amateurisme courant, sa destinée étant au contraire d'acquérir, en plus d'une culture scientifique étendue, une réputation de spécialiste avisé et compétent dans des domaines précis de la recherche."

A la suite du premier congrès de paléoécologie à Lyon en 1983, Bernard RIOU reprend ses études à l’École Pratique des Hautes Études, Sciences de la vie et de la Terre (Sorbonne) dont il sera diplômé en 1988 pour la soutenance d’une thèse sur les insectes fossiles du Miocène de l’Ardèche.

Parallèlement, en 1985, Bernard RIOU est nommé Correspondant local du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris sur proposition du Professeur Taquet, Directeur de l’Institut de Paléontologie du Muséum.

En 1989, il créé un musée de paléontologie à La Voulte sur Rhône afin de valoriser sa collection et de permettre l’accès aux merveilles de la nature du passé local mais aussi lointain, aux petits et aux grands. En effet, au fil des années, Bernard RIOU s’est constitué une collection personnelle remarquable au hasard de rencontres, sur le terrain notamment. Le musée a fermé en 2006, victime de son succès… ; les locaux étaient devenus trop exigus.

Ses efforts seront récompensés en 2004 lorsqu’il est nommé par le Ministre de l’Education Nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au grade de Chevalier de l’Ordre national du Mérite pour la ténacité de l’action entreprise et pour la sauvegarde d’un patrimoine mondial unique.

Bernard Riou travaille depuis 2006 en tant que chargé de mission pour le Conseil général de l’Ardèche au projet de valorisation du Domaine départemental de nature de La Boissine, site classé ENS (Espace Naturel Sensible), propriété du Département de l’Ardèche.

Publications grand public :

1996 : Parution d’un bel ouvrage sur le volcanisme ardéchois : Ardèche Terre de Volcans, 141p.

1999 : Publication de « Les fossiles, Empreintes du vivant ; collection Les Encyclopédies du Naturaliste chez Delachaux et Niestlé

2006 : Fossiles d’Ardèche et d’ailleurs